lundi 30 octobre 2017

L'inanimé


Il est minuit, la ville dort, je me mets à entendre le silence.

Je ne suis pas mystique, je n'entends pas des voix et ne fais pas du pathos avec les petits oiseaux cuicuicui, j'ai simplement eu ce soir-là l'expérience concrète, difficile à traduire en mots, de mon lien avec ce que l'on appelle l'inanimé, le végétal. J'ai compris là, dans la solitude de cette nuit, que s'il existait une "âme", les arbres et nous avions rigoureusement la même.

Je crois que je suis seule, mais un bruit léger me frappe les oreilles, un bruissement, comme une parole: en face de moi, un grand arbre balance doucement ses jeunes feuilles dans l'air de la nuit. Il a trois branches principales qui se rapprochent, s'éloignent, se groupent par 2, puis par 3, se cognent légèrement, oscillent avec une amplitude limitée en bas, majestueuse en haut.

Les feuilles sont animées de leur propre mouvement à l'intérieur du balancement général, leurs faces mates et brillantes s'allument et s'teignent alternativement. Je regarde l'arbre entier, son agitation calme, sa réactivité immédiate à la moindre caresse de l'air et j'oublie tout.

Le taxi, l'hôtel, les soucis, le scénario, les anticipations négatives et positives n'existent plus, un calme incroyable s'empare de moi, tout se détend, je ne suis qu'ici et maintenant plongée dans le mouvement de cet arbre, délice.

Je ne sais pas combien de temps a duré le dialogue avec l'arbre, mais j'ai eu le sentiment de communiquer avec lui et qu'il était un être en vie qui m'envoyait sous forme de vibration une information que j'avais reçue.
Coline Serreau, La Belle Verte, Actes Sud


photo L.D

2 commentaires:

  1. Moment d'exception très bien "traduit" avec des mots... Sans doute que c'est ça aussi, la poésie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout est lié, dans un extraordinaire mouvement d'activités (en ce moment je bouquine pas mal sur l'agroécologie et la permaculture, visions autant que la poésie empreintes de liens avec le monde).

      Supprimer