samedi 2 septembre 2017

Que du bonheur (ou presque)




Peu friand d'anthologies, je dois pourtant m'incliner devant celle-ci. D'abord parce qu'elle fut concoctée par Bernard Lorraine (en 1986), poète aujourd'hui trop méconnu à mon sens – ses mots marchent le plus souvent à dix pas au devant de son nombril. Ensuite parce qu'on y lit des poètes aussi divers que Virgile, Hermann Hesse, Vinicius de Moraes, L.S. Senghor, Michaux, Guillevic... ainsi que nombre d'auteurs qui m'étaient jusqu'alors inconnus.

Seul reproche, les femmes y sont peu nombreuses, six au total sur cent vingt et je renvoie les habitués de la revue Décharge au dossier monté par Muriel Camac sur le sujet.

Voici un poème parmi les plus simples et les plus efficaces du livre:


La guerre, mes chers enfants...

La guerre, mes chers enfants, c'est si bête
qu'on m'a enterré à la sauvette...

Sur ma tombe
il y a tout de même
une croix de bois.
Sur cette croix de bois,
un casque de guingois.
A l'intérieur, un limaçon
lisse un cheveu blond sans façon.

La guerre, mes chers enfants, c'est si bête
qu'on m'a enterré à la sauvette...

Si bien que
ce casque de guingois
sur cette croix de bois
et ce cheveu blond
ne sont pas à moi !...

Marjan (1962)

5 commentaires:

  1. En écho à Marjan, la "formule" de Prévert : "Quelle connerie, la guerre..."

    Ce qui est terrible avec de telles anthologies, c'est qu'elles ne sont jamais à jour !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prévert bien sûr est de la fête, avec "Familiale".
      Pour la mise à jour on peut se rabattre sur des poètes contemporains de toutes nationalités !...

      Supprimer
  2. Ha ha, indispensable lecture, le dossier de Murièle Camac dans Décharge ! (je dis ça je dis rien)
    ...Et par ailleurs ce petit poème est une belle découverte en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut petite souris (hé hé)
      Parmi ces quelques femmes, Anna Akhmatova et Sara Teasdale ( you know? )

      Supprimer
    2. Je ne la connais que de nom (Teasdale) - tiens, une occasion d'aller voir de quoi il retourne...

      Supprimer