mercredi 28 juin 2017

Histoire d'os


Il fut un temps, pas si lointain, où ce blog s'appelait Mille lieux, baptisé ainsi pour tenter de déporter l'égo vers d'autres horizons. Par esprit de nouveauté et surtout parce que le contenu lui-même était en train de changer (pas très visible à l'œil nu il est vrai) il fallait lui trouver une nouvelle identité. Vous avez chers lecteurs échappé à mille niaiseries du genre Crépuscule saumâtre ou L'enclume des jours (pas mal mais déjà pris) mais ce fut une lecture attentive de l'anthologie Jacques Simonomis rédigée par Christophe Dauphin qui mit fin à la recherche. Ultime n° de la revue Le cri d'os publié par Les hommes sans Epaules, où l'on peut lire ces vers: Une flûte en os / innocemment / dans le vent.

Affection pour les écrits de ce poète antimilitariste, employé du tri postal en wagon, beauté amusée de son pseudo (Simon + nomis, Simon à l'envers) qui recèle un doux parfum de grécité,... le nom du blog était trouvé, en même temps qu'inséré un modeste hommage en filigrane. L'os de Simonomis, c'est toute la force et le renouveau de la vie même malgré la connerie humaine. Et puis ces deux vers du poème Regarde dédié à Jean Rousselot: L'os égalitaire / a le dernier mot.


2 commentaires:

  1. Comme quoi, le mystère n'en est plus un...

    Merci pour cet éclairage et aussi pour l'hommage à Simonomis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout compte fait, c'est plus un billet sur lui (un prétexte pour en parler)

      Supprimer