dimanche 25 juin 2017

Changez tout


Lu dans Décharge 174 paru récemment:

Tu sais trop combien le sommeil est difficile pour le paysan devenu fonctionnaire de l'Europe, simple rouage désormais d'une machine à emprunts, à intérêts, qui se doit de croître en permanence

tu sais trop combien ton grand-père est mort parce qu'il épandait des produits miracles par hectolitres sans la moindre protection

il s'extasiait devant des fruits énormes et lisses, comme si le sol avait soufflé dans les racines pour les gonfler

cette illusion s'évanouit quand la prostate ou le pancréas se parent de taches sombres
[...]
extrait de Verger, Cédric Le Penven



Beaucoup déclarent ignorer ce qu'est la poésie, vaste contrée quasi impossible à cerner, mais le poète, lui, est d'évidence un individu vivant dans un environnement (naturel, social, familial,...) qui le forge et transpire dans ce qu'il écrit. Il y a en poésie des "je" qui pèsent leur poids de conscience communautaire, qui transcendent l'expérience individuelle pour mettre l'art des mots au service d'idées justes. Bien sûr pour apprécier son développement c'est l'intégralité du texte confié à Décharge qui est à lire.

* En titre du billet une chanson de M. Jonasz enregistrée en 1975, il y a quarante ans donc...
** A voir ou à revoir "Nos enfants nous accuseront" documentaire de Jean-Paul Jaud sorti en 2008


Arcimboldo

2 commentaires: