lundi 16 octobre 2017

Calade



Cette calade a été réalisé au bord d'une rivière, sur une berge sablonneuse fréquentée le week-end par des familles (barbecue, bains de pieds, barrages...) J'aurais pu la faire beaucoup plus grande, lui donner une forme artistique, mais la laisser en l'état d'embryon donnera peut-être à quelqu'un l'envie de poursuivre... On espère toujours.

Deuxième étape: remplissage des joints (ici avec du sable).


Je suis monté dessus, ça tient c'est du solide. Le mot calade vient du verbe caler, les pierres étant posées sur champ et se calant les unes aux autres (solidarité déjà!). Bien sûr dans la vraie vie on utilise du mortier de chaux.

Petit retour sur une autre expérience éphémère ici.

vendredi 13 octobre 2017

Pochon


photo Hendrik Kerstens

Pochon: un mot qui ne se rencontre guère en poésie. Il faudra cette photographie pour le mettre à l'honneur (ou au déshonneur c'est selon). Certains pensent qu'au lieu de trier les déchets pour tenter de les recycler on ferait mieux de les éviter. En attendant on appréciera l'image et son parfum de Renaissance.

samedi 30 septembre 2017

Décalage


photo Olivier Reguiero

photo Emma Barthere

Je vous laisse cliquer sur les images pour les agrandir.

lundi 25 septembre 2017

Au pays des rêves

La première chanson du premier disque de Miss Peyroux. Je me souviens avoir écouté ça avec délectation (en boucle, of course). Il y a du cajun là-dedans, de la lune aussi... et du walking-bass.




En accompagnement, un grand haiku signé Bashō:

Neige qui tombait sur nous deux
es-tu la même
cette année?

jeudi 21 septembre 2017

Rendre à César... Prévert

Pas de nouveauté pour cette séquence collages, mais un retour (admiratif) aux origines. 




Le second avait déjà fait l'objet d'un billet au tout début du blog, il y a cinq ans donc – que le temps passe...

Quelques vers en accompagnement :

Pères
regardez-vous à gauche
regardez-vous à droite
Pères
regardez-vous dans la glace
et regardez-nous en face.

(Choses et autres)

mardi 19 septembre 2017

Érection


On n'est pas sérieux, même quand on n'a plus dix-sept ans! (salut Arthur).

photo L.D

Au delà du symbole, un jeu d'équilibre...