jeudi 8 décembre 2016

Diagonales


Même s'il n'est pas tout à fait l'inventeur des proportions humaines, Léonard de Vinci nous a tout de même clairement signifié où était pour lui le centre des affaires humaines: il suffit pour cela de tracer sur son dessin les diagonales du carré, comme ici en rouge (et la femme doit tenir à peu près dans les mêmes mesures) pour s'apercevoir que le nombril n'est qu'un symbole usurpateur.

L'homme de Vitruve revisité


Le Corbusier, qui s'est inspiré de l'homme vitruvien pour créer son modulor, n'était pas la moitié d'un imbécile. Dans son projet de la cité radieuse, il a tout fait pour que l'homme prenne pleinement conscience de son environnement, qu'il développe un esprit de solidarité, en même temps qu'il ait tout loisir de bouquiner, s'extasier, aimer ses enfants, l'art et la cuisine régionale. Le tout en espérant que l'amour devienne bientôt cette chose respectueuse et sereine, escamoteuse de l'égocentrisme et de l'esprit guerrier – amour pour qui, entre nous, tout poète digne de ce nom va voter aux prochaines élections.

L'empreinte du modulor

   – Bon sang, l'Amour est vraiment candidat ?!
   – Non, c'est de l'intox, il n'a pas obtenu ses 500 signatures.

lundi 5 décembre 2016

La chaise

    sculpture éphémère (avec du vivant)
   





 Cliquer sur une image pour accéder au grand format

L.D 2016


* Nave nave moe comme on disait chez Gauguin, la joie de se reposer.

samedi 3 décembre 2016

Le monde inversé


collage Irina et Silviu Szekely


Le monde inversé (inverso mundus) est une idée à caractère philosophique illustrée dès le moyen-âge: la femme battant son mari, le cochon découpant le boucher ou l'homme portant son âne remettaient en question de façon plaisante l'ordre immuable des choses. Procédé qu'on retrouve parfois dans l'art du collage, comme ici – le propriétaire est-il en train de manger du foin à l'écurie?

En guise d'accompagnement, quelques mots de Norge qui m'ont bien plu:

Nous vous apportons le poème qui n'est plus cette épée inerte et ciselée dormant sur le velours écarlate,
Mais le glaive militant, la ferme lame de vie qui éveille à la vie tout ce qu'elle a frappé.
(Joie aux âmes)

lundi 28 novembre 2016

Le carnaval des jours


Photo Saul Steinberg

En société nous portons tous un masque, mais certains sont plus beaux que d'autres...

Photo Saul Steinberg

dimanche 27 novembre 2016

La Vénus de Derain


Une suite au billet précédent.
Où l'on reconnait le sujet malgré une forte dissolution des formes. C'est presque aussi instantané que l'apparition le soir de la première étoile...

André Derain - D'après la naissance de Vénus

vendredi 25 novembre 2016

Reproduction (ou presque)


Vénus
d'après Botticelli

C'est l'un des tous premiers tableaux à avoir attiré mon œil d'enfant (la nudité peut-être). Voilà pourquoi la coquille saint-Jacques est moins pour moi le symbole de Compostelle que celui de cette Vénus sauvée des eaux, qui se les gèle en attendant et à qui on aimerait porter secours. Si l'art depuis le quattrocento a pris des voies nouvelles, la femme, elle, n'a pas changé.


* Il y a dans le dessin deux clins d'œil à Bruegel, le poisson et la grenouille.

mercredi 23 novembre 2016

Le cirque Calder


Reportage nous offrant de nombreux plans rapprochés par lesquels on saisit mieux toute l'inventivité (et la poésie) d'Alexander Calder.

samedi 19 novembre 2016

Cacher la misère

Sous-titre: en remettre une couche avec Joe Webb...


Joe Webb


Chacun mettra sous le mot "tapisserie" ce qu'il aura envie d'y mettre.
Quant à sa forme proprement dite, il ne fait aucun doute que cette œuvre est un collage.

dimanche 13 novembre 2016

La terre vue du ciel


Joe Webb

Attachement à l'art du collage, à sa poésie, ses utopies...
Pour accompagner l'image, quatre vers de Garcia Lorca:

      Sur le vert du ciel
      une étoile verte
      que peut-elle faire, mon amour
      ah, sinon se perdre?